Les origines du Yorkshire

Si vous vous demandez d’où provient notre yorkshire-terrier, la petite histoire à suivre pourrait vous intéresser.

Ancêtres potentiels: Cairn terrier, skye terrier, dandie dinmont terrier, manchester terrier, bichon maltais…

Au 19e siècle, des ouvriers anglais déménagent dans la région du Yorkshire afin d’y trouver des emplois. Ils amènent avec eux de petits chiens: il y a un sérieux problème de rats à l’époque et ces canidés sont excellents pour traquer les rongeurs. On fait principalement appel à eux dans les mines de charbon ainsi que dans les filatures de cotons. Sans doute que leur présence contribue remonter le moral des gens! Se débrouillant aussi très bien pour braconner le lapin, ils s’imposent comme des compagnons de choix et sont souvent traînés dans de petites besaces par leurs maîtres.

Il faut quand même préciser que les standards sont fort mal établis à l’époque: plusieurs types de terriers peuvent participer aux expositions canines en tant que yorkie. Le passage du temps et la reconnaissance de la race au sein du Kennel Club en 1886 contribuent à arranger les choses. Lors de sa sélection dans les décennies subséquentes, il perdit beaucoup de poids: on passe d’un chien de 15 livres (6.8 kilos) à un standard fermé aux spécimens de plus de 6.8 libres (3.1 kilos).

Le standard d’origine en vigueur fut publié en 1987.